Skip to content
statuette-yombe

Statuette Yombe

Groupe culturel

KONGO

Ethnie

Yombé

Pays

République du Congo – République démocratique du Congo

Époque

Fin du 19e – Début 20e siècles

Matière

Bois, verre, résine & tissu

Hauteur

24 cm

Provenance

Collection Maud & René Garcia, France“

Publication

Raoul Lehuard, Art Bakongo, les centres de style, vol. II, Arnouville : Arts d’Afrique Noire, 1989, p.657

Description

Cette figure nommée Nkisi en langue vernaculaire, provient de la culture Yombe. Cette ethnie faisait auparavant partie du royaume Kongo qui se forma entre le 13e et le 16e siècle sur le littoral, allant du Gabon jusqu’à l’Angola. Au cours de l’âge d’or du royaume, un grand nombre de tribus voisines avaient été absorbées, notamment les Vili, les Yombé, les Beembé, les Bwendé et les Woyo. Chaque tribu jouissait d’une certaine autonomie, bien que le roi Kongo – nommé ntotela – contrôlait les nominations des fonctionnaires des provinces.

Partout dans le royaume, les Nkisi étaient consultés afin d’apaiser les esprits qui dirigent le monde. Pour les « activer », le prêtre-devin nganga devait insérer une ou plusieurs charges bilongo dans l’objet (ici placée derrière le miroir) puis pouvait éventuellement planter des clous ou des lames dans le bois de la figure afin de matérialiser la ou les demandes du “patient” qui venait le consulter. Cette posture debout, main gauche sur la hanche, main droite levée est appelée telama lwimbanganga et s‘il est probable que la figure tenait à l’origine une arme dans la main droite, ce geste typiquement kongo n’a pas toujours eu une signification d’agressivité et se trouve également lié à l’ordre social comme nous le précise Robert Farris Thomson dans le catalogue de l’exposition de Dapper en 2002 “Le geste Kôngo : p.74 : “Cette attitude, sacrée (…) remonte à l’ancien royaume de Kongo. P.79 : Cette attitude irradie l’autorité absolue, un chef la choisit pour mettre fin à de graves problème (…)  Les rois, les reines, les experts rituels, les devins et les prophètes font ce geste (…) Lorsque quelqu’un adopte cette posture lourde de signification, il peut soit provoquer, soit contrecarrer certains évènements.”

La très belle patine de cette statuette, en particulier au niveau du visage, montre qu’elle fut utilisée à des nombreuses reprises par le nganga au cours d’une longue période.

Royaume Kongo

screen 2022-12-21 à 18.59.22

Localisation Géographique Du Territoire Yombe

screen 2022-12-21 à 19.10.48

Modèles Comparables

Collection Hélène et Philippe Leloup, Paris

Collection Hélène et Philippe Leloup, Paris

Museum der Kulturen, Bâle

Museum der Kulturen, Bâle

 Collection Pierre Amrouche, Paris

Collection Pierre Amrouche, Paris

Collection privée

Collection privée

Photographies In Situ

Photographie : M. Michel, 1896

Photographie : M. Michel, 1896

Photographie : circa 1916-1930

Photographie : circa 1916-1930

Gravure

Dapper (Olfert), "Naukeurige beschrijvinge der Afrikaensche gewesten van Egypten, Barbaryen, Libyen, Biledulgerid, Negroslant, Guinea, Ethiopië n, Abyssinie ... : getrokken uit verscheyde hedendaegse lantbeschrijvers en geschriften van bereisde ondersoekers dier landen", Amsterdam: van Meurs (Jacob van Meurs), 1668 : pp.518-519

Dapper (Olfert), "Naukeurige beschrijvinge der Afrikaensche gewesten van Egypten, Barbaryen, Libyen, Biledulgerid, Negroslant, Guinea, Ethiopië n, Abyssinie ... : getrokken uit verscheyde hedendaegse lantbeschrijvers en geschriften van bereisde ondersoekers dier landen", Amsterdam: van Meurs (Jacob van Meurs), 1668 : pp.518-519

Publication

Raoul Lehuard, Art Bakongo, les centres de style, Arnouville : Arts d’Afrique Noire, 1989, vol. 2, p.657

Raoul Lehuard, Art Bakongo, les centres de style, Arnouville : Arts d’Afrique Noire, 1989, vol. 2, p.657